Affaire Clédor Sène/Pape Samba Mboup : la Section de Recherches de la Gendarmerie nationale entre dans la danse

Selon les informations de « Libération », l’ancien chef de cabinet de Wade a été longuement interrogé hier, par les enquêteurs de la Section de Recherches de Dakar….

La Section de Recherches entre dans la danse. « Libération » révèle que la Section de Recherches de la gendarmerie nationale a été saisie après les graves révélations de Clédor Sène. Pape Samba Mboup qui est passé à l’acte, a d’ailleurs été entendu par les enquêteurs hier. 

Pape Samba Mboup ne parlait pas dans le vent lorsqu’il annonçait dans nos colonnes, son intention de saisir la Justice à la suite des graves accusations de Clédor Sène.

Selon les informations de « Libération », l’ancien chef de cabinet de Wade a été longuement interrogé hier, par les enquêteurs de la Section de Recherches de Dakar qu’il a saisis d’une plainte. Et cette affaire est partie pour connaître des rebondissements spectaculaires dans les prochains jours.

En effet, des sources renseignent qu’un appel téléphonique des plus troublants a été intercepté par les gendarmes alors qu’ils étaient en pleine audition de Pape Samba Mboup. Ce dernier a décroché son téléphone pour permettre aux enquêteurs de se faire une idée sur les propositions de son interlocuteur, qui se trouve être une des personnes citées et condamnées dans le cadre de l’affaire Me Babacar Sèye.

Une affaire à suivre… Joint hier au téléphone, Pape Samba Mboup confirme sa plainte et son audition à la Section de Recherches. Interpellé sur les révélations de Aïda Mbodji selon lesquelles le père de Clédor Sène avait été recruté au ministère de la Famille sous son magistère, ‘’Alfred’’ enfonce le clou : « C’est vrai. Je vais aller plus loin parce qu’une fois de plus, je suis au courant de tout. J’étais là. Parce qu’on ne pouvait pas recruter Clédor Sène compte tenu de ce que tout le monde sait, le deal était de recruter son père.

C’est ainsi que son père a été imposé à Aida Mbodji comme conseiller. Mon problème, aujourd’hui, est comment les juges ont pu valider une liste sur laquelle il y a quelqu’un qui a été condamné pour l’assassinat d’un juge comme eux. Je donne rendez-vous aux Sénégalais après les élections pour une conférence de presse ».

Cheikh Mbacké Guissé (Libération)

T W / Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.