Athlétisme: Marie-Josée Ta Lou, le Mondial de Londres en tête

L’athlète ivoirienne fait des Mondiaux d’athlétisme de Londres du 4 au 13 août prochain sa priorité.

De passage à Paris lors d’une épreuve de la Ligue de diamant le 1er juillet, Marie-Josée Ta Lou a terminé deuxième derrière la Jamaïcaine Elaine Thompson. L’athlète ivoirienne qui s’est confiée à RFI fait des Mondiaux d’athlétisme de Londres du 4 au 13 août prochain sa priorité. Histoire d’oublier ce podium raté des JO 2016 à Rio sur le 100m pour quelques millièmes de secondes seulement.

Les mots se bousculent. Son débit de paroles est éloquent, son enthousiasme est communicatif. Après son 100m samedi dernier lors du meeting de Paris, c’est une jeune femme pleine de motivation qui s’est présentée face à nous.

Dans la capitale française, Marie-Josée Ta Lou a terminé deuxième derrière la double championne olympique jamaïcaine Elaine Thompson, en 10″96 avec au passage son premier chrono sous les 11 secondes cette année. Pourtant, la veille, elle ne se sentait pas au meilleur de sa forme et hésitait à prendre le départ. Son entraîneur lui avait lancé : « Dans ce cas-là viens juste t’amuser ! ».

La double championne d’Afrique a séché les larmes de Rio

Blague à part, on se souvient que Marie-Josée Ta Lou, 28 ans, était passée devant nous en larmes et sans pouvoir dire un mot lors des JO de Rio où elle avait terminé au pied du podium. Pourtant, pour ses premiers Jeux, la sprinteuse ivoirienne avait atteint la finale du 100 mètres et frôlé l’exploit de monter sur le podium. Cette fois, elle s’est longuement confiée à notre micro avec un large sourire qui en dit long sur son état d’esprit. Il faut pointer qu’elle semble en forme : en atteste sa victoire sur le 200m à Ostrava en République Tchèque le 28 juin.

A quelques semaines des Mondiaux de Londres, Marie-Josée Ta Lou raconte qu’il lui faut encore travailler son « finish ». Mais aussi son départ, car elle le trouve encore « un peu mou ». Il lui a fallu surtout gérer le temps entre les deux grosses échéances que sont les JO et les Mondiaux. « J’ai commencé en janvier, car j’étais malade. Avec mon entraîneur, nous étions un peu sceptiques. Aujourd’hui, mon coach est un peu surpris des résultats actuels », raconte-t-elle sans fanfaronner.

Depuis Rio, la double championne d’Afrique (100m et 200m) a radicalement changé sa perception de la compétition. Elle ne court plus « contre quelqu’un », mais contre « le chrono ». « Au Brésil, je voulais montrer que j’étais capable de faire des choses. Maintenant, je suis plus sereine », lâche celle qui s’entraîne à Dakar et qui se consacre à 100% à sa discipline. Au Sénégal, c’est entraînement, maison et dodo. « Je suis un peu casanière. En Afrique, j’ai de bonnes conditions », avance-t-elle. Mais le principal pour Marie-Josée Ta Lou, est d’être avec son coach Anthony Koffi. Un homme qui trouve grâce à ses yeux et qui lui a permis de « progresser nettement ».

Aller « titiller » les Jamaïcaines et les Américaines

Revenue à son meilleur niveau, Marie-Josée Ta Lou, humble, dit avoir oublié Rio depuis le début de la saison. « C’est vrai ça m’a fait mal, mais il ne faut surtout pas rester focalisé là-dessus. Il faut avancer ». Avec sa « grande sœur » Murielle Ahouré, Ta Lou rêve d’aller « titiller » les Jamaïcaines et les Américaines. « Elle m’a donné l’envie de courir et entre nous ce n’est pas un duel. C’est un plaisir et un honneur d’être à ses côtés », résume-t-elle.

Si les Jeux olympiques de Tokyo sont encore loin, Marie-Josée Ta Lou, qui dans sa jeunesse préférait le football à l’athlétisme, espère que les Mondiaux de Londres seront pour elle une réussite. D’ici là, elle ira peut-être courir devant ses compatriotes à Abidjan lors des prochains Jeux de la Francophonie. En attendant, les Mondiaux restent une « priorité » pour celle qui avait été si proche de la médaille de bronze à Rio. Cette fois, elle espère bien faire sa place au soleil.

LIRE LA SUITE

T W / Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.