[ AUDIO ] Appui à la culture : Les milliards de la discorde

CONTRIBUTIONS : A peine annoncés comme l’appui que l’Etat, dans le cadre du Programme de Résilience Economique et Social, va retirer du Fonds de Riposte et de Solidarité Force COVID 19 pour le secteur de la culture, des voix s’élèvent pour se prononcer sur le montant ou le mécanisme de distribution de l’argent.

L’Etat a décidé de contribuer à appuyer les artistes et les structures culturelles impactés par la COVID19 en leur accordant une somme plus ou moins conséquente pour compenser les pertes subies durant ces trois mois de chômage technique. En effet, ce secteur doit être l’un des plus touchés puisque ses acteurs ont été poussés à arrêter toutes leurs activités, et ce depuis 3 mois.

Cependant, si certains comparent, pour les déplorer, les 3 milliards accordés au secteur de la culture au milliard accordé au secteur privé de l’éducation, d’autres présagent une distribution inéquitable fondée sur le faciès ou la proximité avec l’appareil d’Etat. Seulement comparaison n’est pas raison.

Cette somme accordée peut paraitre énorme aux yeux de certains, mais être insuffisante pour d’autres au regard des pertes et des manques à gagner engrangés par le secteur. Déjà, rien que pour le cinéma, on a dénombré un déficit de près de 500 millions de francs CFA. Dans les autres secteurs, les chiffres ne devraient pas être moins élevés. En effet, la pandémie a entrainé la suspension de toutes les activités culturelles dont la Biennale des arts et le festival de hip hop FESTA 2H qui étaient des événements majeurs inscrits dans l’agenda culturel et dont la préparation a déjà coûté plusieurs millions de francs aux organisateurs.

Par ailleurs, plus aucun concert n’est organisé, encore moins les soirées dansantes dans les clubs et boites de nuits qui étaient les principales sources de revenus des artistes musiciens. Je ne parle pas des instrumentistes qui ne vivent presque que de celà. Au-delà des artistes, il y a les hommes de l’ombre, notamment les techniciens qui s’occupent des spectacles qui sont tous impactés par la crise.

Par ailleurs, les musées et les sites culturels et les salles de spectacle sont fermés. Ce qui occasionne la perte de recettes qui servaient à compléter les budgets des activités qui étaient prévues. Les artistes plasticiens n’ont plus accès aux galeries pour exposer leurs travaux et les troupes folkloriques et de danse se sont retrouvés au chômage technique à cause de la fermeture des hôtels. Et on ne parle pas encore des autres secteurs puisque le secteur des arts et de la culture compte beaucoup d’autres disciplines et aucune de leurs activités ne peut se dérouler si les mesures de distanciation physique sont en vigueur.

Malgré les assurances du Ministre de la Culture et de la Communication sur l’organisation et la répartition des fonds, des voix s’élèvent pour dénoncer un coup fourré alors que les choses n’avaient pas encore démarré. En tout état de cause, la participation des acteurs à tous les niveaux de la chaine devrait être un gage de la résolution du ministère d’être dans la transparence. Il revient acteurs eux-mêmes de montrer qu’ils sont capables de jouer pleinement ce rôle.

Ils méritent pleinement d’être appuyés, vu le rôle qu’ils ont joué pour la sensibilisation et la lutte contre la pandémie, sans demander une quelconque contrepartie. Ce qui est à leur honneur. Il ne faut pas non plus que cette somme les divise.

Mamadou DRAME

T W médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.