Benno dans la tourmente : Mahmout Saleh, stratége ou comploteur

POLITIQUE : Après la défaite, les règlements des comptes. Mahmout Saleh, qui était chargé des investitures de Benno Bokk Yaakaar, est accusé d’être le responsable de la débâcle de la coalition présidentielle aux Locales de dimanche dernier. Le coupable désigné.

Mahmout Saleh, le directeur de cabinet politique du président Macky Sall, est devenu le souffre-douleur de beaucoup de militants et de responsables de l’Apr. On lui reproche d’être le responsable de la défaite de la coalition Benno Bokk Yakaar aux élections locales de dimanche dernier.

Concrètement, ses détracteurs l’accusent d’avoir, d’une part, comploté contre certains hauts cadres de l’Apr. C’est le cas, par exemple, à Guédiawaye, où les partisans du maire Aliou Sall, qui a été battu, le soupçonnent. «Des autorités ont comploté au plus haut sommet de l’Etat contre le maire. Un plan de sabotage a été conçu, élaboré et mis en œuvre pour le faire perdre à Guédiawaye», affirment les proches du maire sortant.

D’autre part, Mahmout Saleh est accusé d’avoir fait de mauvaises investitures, en investissant des hommes et des femmes qui n’ont pas une représentativité au niveau local.

On lui reproche surtout ses propos à Mbour, lorsqu’il a dit que ces élections locales détermineront la candidature du président Macky Sall à la Présidentielle de 2024. 

«Les élections locales à venir ne seront locales que de nom. Ce sont des élections politiques, ce sont des élections nationales. Peu importe la personne qui incarne notre liste. Elle n’est pas déterminante. C’est l’enjeu politique contenu dans les élections qui est déterminant.

Les résultats seront déterminants pour les élections législatives qui se tiendront cinq mois après. Nos résultats vont trancher le débat sur la candidature de Macky Sall à la Présidentielle de 2024. Si on perd ces élections, ce n’est pas la peine de continuer. Mieux vaut rendre le tablier. Ces élections vont déterminer notre avenir politique en 2024. Nous sommes dans les élections de 2022, en démarrant la préparation de celles de 2024. Les deux sont liées», avait-il dit aux responsables de Benno/Mbour.

Cette déclaration aurait poussé beaucoup de Sénégalais à trancher le débat, en votant massivement contre le pouvoir, dimanche dernier, d’après les détracteurs de Saleh.

C’est également l’avis du sociologue politique Abdoukhadr Sanoko. «Partout, il a été brandi et mentionné dans les discours. Voter Bby, c’était donner l’opportunité au président Macky Sall de se positionner pour un troisième mandat. C’est dans ce sens que les gens se sont rués vers les urnes pour voter, tout en se disant, en toile de fond, que c’était une réponse à donner par rapport aux intentions de la grande coalition de Bby. Ces élections ont constitué un premier tour par rapport à la Présidentielle de 2024», disait-il, il y a quatre jours dans les colonnes de «Walf».

TW médias

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.