Contestations des investitures à la députation, au sein de Bennoo Bokk Yaakaar

Macky Sall en séance d’explications !

Face au feu  qui se propage de plus en plus dans son camp, en raison des frustrations nées des investitures à la députation, le président de la République, non moins patron de la Coalition Bennoo Bokk Yaakaar, change de fusil d’épaule (après les limogeages) et s’attèle désormais à jouer au pompier.

Conscient en effet de la dangerosité de la situation et de la crise qui guette sa coalition, à quelques encablures de joutes électorales jugées déterminantes pour la survie de son programme de développement économique (le Pse, en l’occurrence), Macky Sall engage des séances d’explications en multipliant les audiences au palais. C’est ainsi qu’une délégation de 90 personnes conduite par le Premier Questeur Daouda Dia a taillé bavette avec le patron de l’Apr dimanche dernier. Après une discussion générale dans les jardins du Palais, le Chef de l’Etat a eu ensuite un tête-à-tête avec 12 d’entre eux pour lever les équivoques. Sud Quotidien livre ainsi le compte rendu de cette audience qui a été par moments houleuse.

Après les menaces brandies ça et là, le président de la République qui se confronte à une vague de contestations depuis la publication des listes des investis de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) en perspective des élections législatives du 30 juillet, a décidé de changer d’approche. Macky Sall prône désormais le dialogue et la concertation pour dissiper les malentendus et calmer les frustrations afin de ramener l’ordre dans son camp et éviter toute surprise au soir du 30 juillet prochain.  C’est dans ce cadre qu’il a reçu une forte délégation de militants et sympathisants du département de Kanel. Tous du camp de Harouna Dia qui avaient menacé de geler leurs activités après les investitures et surtout pour manifester leur courroux, suite aux attaques subies par ce dernier.
«Pourtant où il y a des divisions, j’ai choisi une personne dans chaque camp»
D’emblée, le Chef de l’Etat a voulu lever toute équivoque sur le cas Néné Marème Kane dont l’investiture fait l’objet d’une incompréhension chez les partisans de Daouda Dia. Pour les militants du Premier Questeur de l’Assemblée nationale, l’ancienne militante du Parti de la Réforme (PR) d’Abdourahim Agne avait combattu l’APR et s’était alliée en 2012 avec Bokk Gis Gis de Pape Diop avant de rejoindre le navire marron. D’abord en s’affichant avec le camp de Harouna Dia avant de faire volte-face et de rejoindre celui de Farba Ngom. Un jeu de yoyo que les partisans de Harouna Dia n’ont pas pardonné à l’ancienne députée. D’autant plus que ni Marème Kane ni Mamadou Sadio Diallo (députés sortants) n’ont été reconduits. Sur ces récriminations, Macky Sall répondra : «d’abord, il y a des choses que je ne comprends pas. Néné Marème Kane était avec vous. Elle était là, lors de l’audience que je vous ai accordée le 3 décembre dernier. Ensuite, elle se retrouve dans l’autre camp. Face à cette division, j’étais obligé de choisir une personne dans chaque camp». Mieux, a confié le patron de la coalition BBY : «pourtant où il y a des divisions, j’ai procédé ainsi. C’est le cas de Koungueul entre Yaya Sow et une autre femme. Alors que tout le monde sait qu’ils ne parlent même pas. Mais, ils n’ont qu’à se débrouiller».
«Vous me manquez de respect en pensant que c’est moi qui ordonne des attaques contre Harouna Dia»
Il faut relever que les échanges ont été, par moments, houleuses. Notamment lorsque le porte-parole du jour, Alassane Mbaye Thiam a laissé entendre que, selon certaines indiscrétions, que c’est Macky Sall lui-même qui serait derrière les attaques contre Harouna Dia parce qu’il ne fait rien pour les arrêter comme il a eu à le promettre lors de l’audience du 3 décembre 2016.  Selon des sources ayant pris part à l’audience, le Chef de l’Etat a piqué une colère noire et a haussé le ton : «Vous me manquez de respect en pensant que c’est moi qui suis derrière les attaques contre Harouna (Dia). Je ne connais même pas très bien Haymouth Daff. Je crois l’avoir vu qu’une voire deux fois». Et Macky Sall d’ajouter : «Dire que Harouna Dia est un traite ou que Daouda Dia n’a pas la carrure pour diriger, ce n’est pas faire de la politique».
Le président de la République ne s’est pas arrêté là. Il ajoutera : «Ma décision de faire de Daouda Dia le coordonnateur du parti à Kanel est prise depuis longtemps. Ça ne change rien que les gens disent que c’est Mamadou Talla. Je ne vais quand même pas passer tout mon temps à vous répéter ça».
«Ceux qui accusent Harouna Dia de financer la coalition d’Aïssata Tall Sall ignorent beaucoup de choses…»
Une autre question abordée par les responsables du camp de Harouna Dia  a été relative aux accusations portées également par le maire de Kanel selon lesquelles, c’est le milliardaire basé au Burkina Faso qui financerait la coalition «Oser l’avenir» d’Aïssata Tall Sall. Là aussi, Macky Sall a marqué son étonnement. Selon le chef de l’Etat, «ceux qui accusent Harouna (Dia) de financer la coalition d’Aïssata Tall Sall ignorent beaucoup de choses». Sans trop s’épancher sur le sujet, le président de la République aurait, selon nos sources, levé la tête pour fixer Daouda Dia avant de clore le débat en ces mots : «Haymouth Daff ignore la vérité». Ce qui feront dire à nos sources qu’«apparemment, Daouda et lui savent quelque chose qu’ils ne nous disent pas».
TAMBAWEB / Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.