Côte d’Ivoire : La guerre des chiffres est lancée…

INTERNATIONAL : Après avoir servi une drôle de campagne et participé, chacun à sa façon, à une élection bizarre, les acteurs politiques ivoiriens s’engagent désormais dans la guerre des chiffres.

Après s’être regardés pendant longtemps en chiens de faïence, les différents se crêpent le chignon, non pas sur les résultats qui seront annoncés par la Commission électorale indépendante (CEI), mais sur le taux de croissance qui constitue, à bien des égards, le principal enjeu de cet après-scrutin du 31 octobre 2020.

Hier, quelques heures après la fermeture des bureaux de vote, certains responsables du RHDP, la coalition au pouvoir, ont brandi un taux de participation à plus de 60%, largement exagéré quand on sait qu’en 2015, dans une élection qui s’était déroulé avec beaucoup moins d’accrocs que cette année, ce « taux » n’était que de 54%.

De leur côté, les théoriciens du « boycott actif », ont également répondu à la provocation par des chiffres tout aussi ubuesques, estimant le taux de participation entre 6 et 10%.

Les raisons d’une telle guerre des chiffres s’expliquent par la volonté, de part et d’autre, de gagner la bataille de l’opinion, une façon de légitimer sa position. Le pouvoir ne veut pas laisser poindre l’impression que les populations se seraient désintéressées de la présidentielle tandis que l’opposition veut à tout prix récupérer chaque voix non exprimée, peu importe la raison qui serait derrière cette abstention.

Du côté de la CEI, même si l’on soutient avoir jusqu’à 5 jours pour annoncer les résultats provisoires, il semble que l’on ne veuille surtout pas faire durer le suspense longtemps, ce qui nourrirait davantage de nouvelles suspicions et alimenterait les rumeurs. Hier, la vice-présidente de la commission annonçait même que les premières tendances pourraient être disponibles à partir de ce dimanche soir.

Vu le contexte, Alassane Ouattara sera évidemment, très largement devant, avec un score inédit, mais tous les regards se tourneront ailleurs : combien des 3,4 millions d’électeurs ayant reçu leurs cartes ont finalement pu glisser un bulletin dans l’urne. Cela déterminera, en très grande partie, l’orientation du prochain épisode de la bataille d’opinion.

TW médias / Emedia.sn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.