Déboutée par le Conseil constitutionnel : Amsatou SOW Sidibé fait la leçon aux Sages

Pour l’agrégée de Droit, le Conseil aurait dû se saisir de cette occasion pour «assainir  l’espace politique donc public ».

Non contente de la décision du Conseil constitutionnel, Amsatou SOW Sidibé a manifesté son amertume envers cette haute juridiction du pays qui, selon elle, a favorisé «l’impunité au détriment de l’éthique».

Pour la tête de liste de la coalition 3ème voie politique / Euttou Askan Wi, reprise par le journal Rewmi, le Conseil n’avait pas à se décharger sur le ministère en charge des Elections. Car, poursuit-elle, «l’article L176 alinéa 2 du code électoral, ne donne pas compétence au ministère chargé des élections pour statuer sur une contestation relative au nom d’une coalition ».

Pour l’agrégée de Droit, le Conseil aurait dû se saisir de cette occasion pour «assainir  l’espace politique donc public ».

« Depuis plusieurs années, les noms des partis politiques ne sont plus exclusifs, par déficit de réflexion de la part des acteurs politiques ou tout simplement par volonté de perturber l’espace. Cette situation, se désole- t- elle, sème le désordre dans l’espace politique et en même temps entache l’éthique en matière électorale et politique » argue- t- elle.

Pour rappel, Amsatou SOW Sidibé a introduit un recours auprès des « sages » du Conseil constitutionnel pour contester le plagiat qu’aurait fait Cheikh Tidiane GADIO qui lui aurait subtilisé l’expression «3ème voie ».

LIRE LA SUITE

TAMBAWEB / Politique 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.