Décès de Babacar Ndiaye

Le panafricaniste, le banquier du monde s’en est allé. Décès ce matin à Dakar de l’ancien président de la Banque africaine de développement

Décès ce matin à Dakar autour de 5 heures de Babacar Ndiaye, l’ancien président de la Banque africaine de développement. Contacté par téléphone à Washington, René Lake l’un de ses plus porches amis a confirmé la nouvelle en indiquant que « l’Afrique vient de perdre non seulement un talent d’exception mais un panafricaniste jusqu’au bout des ongles ». 

« Je n’ai jamais rencontré dans ma vie une personne qui vivait dans sa chair et dans son quotidien social et professionnel le panafricanisme comme Babacar. Il ne faisait pas de théorie sur le panafricanisme, il n’en parlait même pas, il était, vivait, et respirait l’Afrique dans sa diversité. C’est un grand amoureux de l’Afrique que nous venons de perdre », a précisé René Lake avec une très forte émotion.

Babacar-Ndiaye-BAD
Babacar-Ndiaye-BAD

UN PARCOURS EXEMPLAIRE AU SERVICE DE L’AFRIQUE

Babacar Ndiaye a joué un rôle important dans l’ouverture du capital de la BAD à des pays non Africains, ce qui a permis d’augmenter le capital de l’Institution à plus de 200%, le portant de 6.3 à 24 milliards de dollars US.

Il a aussi mis en œuvre plusieurs initiatives visant à réduire la pauvreté, à accompagner les femmes dans le processus de développement, à promouvoir la croissance en Afrique, à alléger l’endettement extérieur de Afrique, ainsi que d’autres mesures ayant pour but de favoriser l’intégration économique.

Babacar NDIAYE est diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce (Toulouse), de l’Institut d’Etudes Politiques « Sciences Po Paris», du Centre d’Etudes Bancaires et Financières de la Caisse Centrale de Coopération, devenue la Caisse Française de Développement, et a obtenu le Diplôme d’Etat d’Expertise-Comptable (France).

Il est récipiendaire d’un doctorat Honoris Causa de la Clark Atlanta University et également de Lincoln University de Philadelphie

Babacar Ndiaye est Ambassadeur Itinérant et Plénipotentiaire de la République du Sénégal.

Il est membre de l’AFRICA FORUM : une organisation regroupant nombre d’anciens Chefs d’Etat Africains, de Gouvernements, ainsi que autres illustres Africans dirigeants d’institutions panafricaines et internationales.

Babacar Ndiaye préside également plusieurs Conseils d’Administration et en plus d’être conseiller/consultant en investissements publics et privés.

Babacar Ndiaye est le premier Président du Conseil d’Administration d’AFRIVAC : Une Fondation nouvellement créée pour la vaccination infantile en Afrique.

Président d’Honneur de la Banque Africaine de Développement (BAD), cette distinction lui fut conférée en 1995 par les Gouverneurs de l’Institution au terme de 30 années de carrière prestigieuse, dont les 10 dernières années passées comme Chef de l’Exécutif.

Recruté en 1965 parmi les tout premiers cadres de l’institution, il gravit les échelons professionnels jusqu’au niveau de Chef de Département, en l’occurrence, comme Directeur des Finances ; avant d’être promu au rang de Vice-président chargé des Finances, puis élu Président en 1985.

Il fut réélu à l’unanimité en 1990 pour un second mandat achevé en 1995. 

Ses initiatives et réalisations sont multiples et diverses. D’une part elles ont porté sur le positionnement de la Banque au premier rang des institutions de financement du développement en Afrique et d’autre part, elles ont participé, du fait de leurs performances et réussites, à donner une image positive de l’Afrique.

Babacar NDIAYE a été l’initiateur d’une série d’importantes mesures financières et opérationnelles en faveur du secteur privé africain dont, entre autres : la Table Ronde des Hommes d’affaires Africains ou African Business Round Table (ABR), la création de la Banque Africaine d’Import-export : AFREXIMBANK et l’établissement d’une Facilité Spéciale de financement au secteur privé africain (investisseurs et entrepreneurs) sans la garantie de leurs gouvernements.

Babacar NDIAYE a été nommé en 1984 : Banker of the Year par la revue londonienne « International Financial Review » pour l’obtention de la notation AAA par Fitch et Moody’s, et AA+ par Standard and Poor’s, qui deux ans plus tard relèvera sa notation à AAA.

(Source Africava)

T W / Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.