Inauguration du TER: des fils de cheminots crient au scandale à Thiès

POLITIQUE : Cachant difficilement leur déception concernant la situation du chemin de fer de la ville de Thiès, Sogui Sy, Théodore Ndione et Abdoulaye Touré ces candidats élections aux locales de janvier 2022 respectivement, des mairies de Ville, de Thiès-Ouest et Thiès-Est appartenant à des familles de cheminots, ont dénoncé « le démantèlement et la privatisation du Chemin de fer de Thiès » par l’Etat.

Au moment où le président de la République, Macky Sall, procédait, hier lundi 27 décembre 2021, au lancement de l’exploitation commerciale du Train express régional (TER). Ils ont soutenu qu’ « il serait temps qu’on revienne sur la réhabilitation de la société ferroviaire ». À les en croire en effet, « ce serait aujourd’hui dommage qu’on ne puisse pas réhabiliter ce Chemin de fer. Malgré plusieurs promesses, les Thiessois, les cheminots, en particulier, attendent toujours ».

Á quelques jours des élections locales, le constat concernant le développement de la ville de Thiès est moindre d’après Sogui Sy, Théodore Ndione et Abdoulaye Touré. « Aujourd’hui, Thiès a vraiment beaucoup perdu de sa représentativité au niveau national, parce que la ville aux deux gares, après tout, c’est le Chemin de fer. À la base, la Cité du rail a été développée à partir du Chemin de fer, en partant de certains quartiers ancestraux qui formaient le ‘’vieux Thiès’’, tels que Bountou Dépôt, Cité Ballabey, Cité Pillot, Aynina Fall ». C’est « malheureux », se sont-ils indignés en faisant référence à la situation du chemin de fer dans leur ville.

Poursuivant, ils ont dénoncé « le démantèlement et la privatisation du Chemin de fer ». « Nous nous sommes dites qu’ils sont en train de tuer Thiès, et, incontestablement, ils ont réussi à anéantir la capitale du Rail », ont-ils révélé. Devant des familles de cheminots (employée des chemins de fer), les trois candidats ont estimé qu’ « aujourd’hui, en effet, l’Etat, au lieu de ‘’tuer’’ le Chemin de fer qui a été un fleuron national et peut, en termes de communication, jouer un rôle essentiel dans le développement du pays, aurait plutôt intérêt à le développer aux quatre coins du Sénégal. Et qu’il est aujourd’hui temps que l’Etat revienne sur sa décision de vouloir lâcher le Chemin de fer et rétablir le Rail ».

Se définissant comme des « hommes d’action, de terrain, de communication, d’échange », Sogui Sy, Théodore Ndione et Abdoulaye Touré considèrent que « la marche de doit connaître une rupture qui passe par une alternative citoyenne portée par de dignes fils de la Cité du rail, qui ne sont mus que par l’intérêt de la société, et des Thiessois, des gens enclins à travailler sans relâche pour les populations ». Ils ont aussi démontré leur l’intention de « sortir Thiès du gouffre dans lequel elle est plongée depuis plus de deux décennies ». Ces fils de cheminot (Sogui Sy, Théodore Ndione et Abdoulaye Touré) qui partent aux prochaines élections locales sous la bannière de la Convergence Patriotique pour la Justice et l’Équité (Cpje), disent avoir décidé de « proposer ‘’autre chose’’ aux Thiessois qui sont pris en otages depuis plus d’une vingtaine d’années par une classe politique qui n’a aucune bonne intention de développer cette ville, malgré les potentiels et les ressources humaines dont elle regorge ».

 
TW médias / Pressafrik.com
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.