« Instants Figas Pluri’Elles » : Dakar accueille l’événement en mai

CULTURE : La ville de Dakar, réputée pour son dynamisme culturel, joue un rôle clé dans le déploiement de ces initiatives. C’est elle qui a reçu, après Marseille (France) en novembre 2021, la seconde phase des résidences de création du programme ‘’Marseille en Afrique’’, qui s’est tenue en mars dernier.

La capitale sénégalaise s’apprête à accueillir, cette fois, les «Instants Figas Pluri’Elles», pour permettre à de jeunes artistes africaines de se produire sur la belle scène du Grand Théâtre Doudou Ndiaye Coumba Rose, et avoir la possibilité de participer à la grande édition du Figas en juillet prochain.

Selon Musicinfrica, l’événement, baptisé les «Instants Figas Pluri’Elles», mettra en vedette, des femmes artistes du «Pays de la Teranga» et de l’Afrique, et permettra de dénicher l’artiste qui représentera le Sénégal au Figas (Festival international de la gastronomie et des arts du spectacle) qui se tiendra en juillet prochain en France.

L’événement est axé sur la promotion du talent artistique des femmes d’Afrique. Sont attendues des créatrices comme Coumbis Sorra ou encore Chadia du Sénégal, mais aussi Khoudia (Mauritanie), Jemiriye (Nigeria) et Nina Wateko (Congo) qui seront mises en résidence pour préparer des créations «Pluri’Elles», qu’elles présenteront devant un public connaisseur le 13 mai à 20 h.

Ces femmes artistes seront prises en charge par Afrik’Consult, le temps de la résidence ; tant pour le transport international que pour l’hébergement et la restauration.

Les 12, 13 et 14 mai, une série de spectacles sera organisée dans les salles du Grand Théâtre Doudou Ndiaye Coumba Rose devant un jury d’experts. Un des artistes/groupes participants sera retenu, après des présélections, pour participer à l’édition 2022 du Figas qui se tiendra, rappelons-le, dans la ville de Blois, en cœur de la Loire, en France.

Il s’agira, à travers la musique, le chant et la danse, de favoriser la réussite féminine et surtout de mettre en lumière les artistes et particulièrement les talentueuses femmes africaines issues du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Tchad et de la République démocratique du Congo regroupées autour du projet «Women Project ou Wop d’Afrique», de l’orchestre Jigeen ñi du Sénégal et plusieurs autres formations artistiques du Sénégal et de la diaspora.

Du 10 au 14 mai 2022, en prélude à la Biennale de Dakar, en plus des «Women Project ou Wop d’Afrique», plusieurs autres formations artistiques sélectionnées à partir d’un appel à candidature, vont se retrouver à Dakar autour d’une résidence de création, des masterclass, des formations sur des modules comme la régie générale de tournée en période de crise et plusieurs concerts au théâtre Sorano, à la maison de la culture Douta Seck, dans les clubs de Dakar, pour la «Grande nuit de la diaspora». Un groupe de jeunes artistes de la ville de Blois dirigés par Nirintsoa participeront à cette soirée.

TW médias

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.