Iran: l’attaque contre Rushdie est un complot des Etats-Unis, selon un journal

La violente attaque contre Salman Rushdie est un complot des Etats-Unis qui « veulent probablement propager l’islamophobie dans le monde », affirme dimanche un journal iranien, alors qu’il n’y a eu jusqu’ici aucune réaction officielle de la République islamique.

Menacé de mort depuis une « fatwa » de l’Iran de 1989, un an après la publication des « Versets sataniques », l’écrivain britannique naturalisé américain a été poignardé une dizaine de fois vendredi dans l’Etat de New York (nord-est des Etats-Unis), une attaque qui indigne en Occident mais qui est saluée par des extrémistes en Iran et au Pakistan.

« Peut-être qu’un jeune musulman, qui n’était pas né lorsque Salman Rushdie a écrit son livre satanique, a voulu se venger de lui », avance dimanche le quotidien ultraconservateur Javan.

L’assaillant Hadi Matar, un Américain d’origine libanaise âgé de 24 ans, est né plusieurs années après la publication des « Versets sataniques ». Ce roman satirique est considéré par les musulmans les plus rigoristes comme blasphématoire à l’égard du Coran et du prophète Mahomet.

Le journal Javan évoque aussi l’hypothèse d’un complot ourdi par les Américains: « Un autre scenario, c’est que les Etats-Unis veulent probablement propager l’islamophobie dans le monde », ajoute Javan.

Pour le quotidien Kayhan, « l’attaque contre Salman Rushdie a montré la faiblesse du renseignement des Etats-Unis et démontré que même des mesures de sécurité strictes ne peuvent empêcher des attentats ».

« L’agression contre Salman Rushdie prouve aussi que se venger de criminels sur le sol américain n’est pas  difficile. Désormais, (l’ex-président Donald ) Trump et (l’ex-secrétaire d’Etat Mike) Pompeo se sentiront plus menacés », ajoute Kayhan.

Le journal brandit une menace contre ces deux anciens responsables, qui sont « les principaux auteurs de l’assassinat du général Qassem Soleimani », éliminé lors d’un raid américain en Irak en 2020. Il était le chef des forces Qods, branche des opérations extérieures des Gardiens de la révolution, armée idéologique de l’Iran.

Les autorités iraniennes n’ont jusqu’ici pas réagi à la tentative de meurtre de l’écrivain âgé de 75 ans, toujours hospitalisé dans un état grave.

« Je ne vois pas la main de l’Etat iranien dans cette attaque mais il est certain qu’elle va accroître la méfiance des Etats-Unis vis à-vis de l’Iran », a déclaré à l’AFP Thierry Coville, expert de l’Iran et chercheur à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.