La junte malienne veut renforcer les pouvoirs d’Assimi Goïta

INTERNATIONAL : Le projet de loi soumis samedi 5 février doit maintenant être voté par le Conseil national de transition qui a été convoqué par les autorités en session extraordinaire, ce vendredi.

Ce projet de loi adopté vendredi en conseil des ministres propose plusieurs évolutions. D’abord, la suppression du poste de vice-président de la transition. Objectif, selon le texte, « éviter les duplications des missions et permettre au ministre chargé de la Défense et au ministre chargé de la sécurité de recouvrer et d’exercer la plénitude de leurs attributions traditionnelles ». La suppression de ce poste aurait pour conséquence d’asseoir un peu plus le pouvoir du président de la transition, Assimi Goïta.
 
« L’augmentation du nombre de membres du CNT »
Autre évolution souhaitée par les autorités maliennes : « l’augmentation du nombre de membres du CNT » qui sont actuellement 121 et « une adaptation de la durée de la transition aux recommandations des assises nationales ». Ces assises avaient proposé en décembre dernier de prolonger la transition de la junte militaire de six mois à cinq ans. La Cédéao a dit attendre des autorités maliennes un calendrier raisonnable.
 
Ce projet de loi a été publié hier, 24 heures après la convocation par le gouvernement du Conseil national de transition. Le CNT aura ainsi notamment pour mission de réviser la charte de la transition et la loi électorale.

TW médias

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.