La Une des Quotidiens du vendredi 15 décembre 2017

Images

Les piques de l’As vendredi 15 décembre 2017

Patate Chaude….

On n’est plus trop loin de l’égout. Le 3 Janvier, l’affaire Khalifa Sall peut prendre une tournure nauséabonde, d’autant que la « Caisse de Pandore» dégoupillée par des débats incontrôlés peut faire péter des pétards sans tête chercheuse, aux effets encore inconnus. Cette histoire lasse un peuple plus préoccupé par des urgences vitales qu’une certaine rupture devait résoudre, que par la clarification d’un feuilleton improbable, d’autant que ce peuple a su déceler, que certains enrichissements  ont suscité moins de curiosité, quand on se trouvait du bon côté de « Coumba Amna Ndèye ». Bon, on peut admettre que le Maire de Dakar aura eu la mauvaise défense lorsqu’il a évoqué l’habitude admise et validée de tous ses prédécesseurs. « Je n’en suis pas, vaut mieux que je ne suis pas le seul». Il aurait peut-être mieux  valu faire montre de moins de pudeurs, et dévoiler les bénéficiaires de ses prodigalités autorisées par cette Caisse d’avance. Au vu de la liste trans-partisane de ces derniers, on peut imaginer qu’un voile opaque aurait été jeté sur cette ubuesque affaire. Le plus étrange est que le pouvoir hurle à tue-tête que Khalifa Sall est un détenu de droit commun, en fait comme Boy Djinné, sauf que ce dernier reçoit son courrier, les visiteurs qu’il souhaite recevoir, et peut aller tranquillement prier à la Mosquée de Rebeuss, notamment le jour de la Tabaski. Si ce n’est pas un prisonnier politique, alors c’est vachement bien imité. Ce dossier tel qu’il est géré, donne l’impression que ceux qui sont partis en guerre contre un éventuel adversaire de Macky Sall en 2019, ont dans la bouche une véritable patate chaude au goût de cendre, et qu’ils ne savent pas dans quel évier chromé ils peuvent la dégurgiter. Un vrai bâton merdeux qui tâche les doigts quel que soit le bout par lequel on a décidé de le saisir. Soyons attentifs à ce que cette patate chaude ne cède la place à une purée judiciaire indigeste pour les appétits connus exigeants de nos concitoyens pour la sauvegarde de notre Démocratie

Grève des aiguilleurs du ciel de AIBD

Beaucoup de couacs sont notés depuis l’inauguration de l’Aibd même si les autorités essaient de les minimiser. Les aiguilleurs du ciel ont décidé de paralyser pendant deux jours l’aéroport pour réclamer de meilleures conditions de travail. Ils croyaient que leurs conditions de travail allaient changer à l’aéroport de Diass, mais ils ont vite déchanté. Les aiguilleurs du ciel se plaignent de problèmes de transports. Ils ont toutes les difficultés pour rejoindre l’aéroport alors qu’ils constituent un maillon important de l’aviation civile. Ils se plaignent également des problèmes de communication entre l’aéroport de Diass et Dakar même au sein de l’aéroport international Blaise Diagne.

Puma de retour

L’équimentier des Lions du football, Puma est de retour. Après avoir lâché le Sénégal en 2014 la firme allemande revient par la petite porte. Elle avait misé sur des équipes dont la chance n’a pas souri. En effet, sur les 5 équipes que Puma avait ciblées, seules deux se sont qualifiées au mondial de Russie. Il s’agit du Cameroun, du Ghana, de la Côte d’Ivoire, la Suisse et l’Uruguay. Ainsi seuls la Suisse et l’Uruguay seront au mondial. En Afrique, aucune équipe de l’équipementier ne s’est qualifiée pour le mondial. Du coup, Puma a senti la nécessité d’aller à la recherche d’autres équipes qualifiées au mondial pour avoir plus de visibilité au rendez-vous du football. Alors la Fédération sénégalaise de football est en position de force dans les négociations pour la signature de contrat. D’autant que l’équipe nationale de football sera en Russie.

Ady Sall entre en scène aujourd’hui

Tout est fin prêt pour le grand rassemblement du frère de Macky Sall. Comme annoncé par «L’As» Ady Sall va se lancer dans l’arène politique pour soutenir son frère de président pour un deuxième mandat. Il a informé ses amis et partisans que pratiquement tout est au point pour la réussite de «la grande journée» surtout en matière de mobilisation de ses sympathisants. Les moyens financiers et la logistique nécessaires sont acquis grâce à la contribution des ministres, des Directeurs généraux, du Premier ministre et d’autres personnes de bonne volonté. A l’en croire, les audiences avec le Premier ministre et les différents ministres et Directeurs ont été fructueuses. Ainsi, dit-il, la campagne de sensibilisation autour de la cause a porté ses fruits. Ainsi, 128 bus seront mis à la disposition des membres du comité. A ce jour, renseigne Ady Sall, tous les engagements pris par le comité ont été respectés. Il espère que le pari d’une mobilisation exceptionnelle sera réussi aujourd’hui à 15 heures à la Place du Souvenir.

Deux étudiantes de l’Ucad bénéficient d’un appui de l’Israël

Grâce à un accord de coopération éducative entre la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (Flsh) et l’Ucad et l’ambassade d’Israël, deux étudiantes de ladite faculté ont reçu hier un appui de l’Etat hébreu. Issues toutes les deux du département d’Histoire, Aicha Gadiaga (doctorante) et Bèye Diop (étudiante en Master 1) ont bénéficié chacune d’une enveloppe de 300.000 F Cfa. Elles ont reçu l’argent hier des mains de l’ambassadeur d’Israël au Sénégal, Paul Hirschson. Ces bourses vont les aider dans leurs travaux de recherches. Aicha Gadiaga travaille sur «La contribution de la communauté juive de la Petite- Côte et des Rivières de l’huile (XVe et XVIIIe siècle) à cheval entre l’histoire moderne à l’école doctorale». Tandis que Bèye Diop s’intéresse au «Port de Saly du temps des juifs Sépharades et du commerce atlantique». Selon le diplomate, les deux sujets des boursières prouvent la «relation séculaire» entre Israël et le Sénégal qui, selon lui, se manifeste plus dans la jeunesse et l’éducation.

Mor Mbodj prend 1 mois de prison pour vol de Jakarta

Venu à Touba Fall pour assister à une séance de lutte traditionnelle, le jeune Mor Mbodj âgé de 20 ans ignorait sans doute qu’il n’allait pas retourner chez lui, mais qu’il va passer la nuit à la Gendarmerie pour vol d’une moto Jakarta appartenant à Abdoulaye Faye. Les faits remontent à dimanche dernier, au village de Touba Fall. En effet, à la fin des récoltes, les jeunes du village organisent des séances de lutte. A la tombée de la nuit, tous les jeunes des villages environnants se retrouvent à la place publique pour assister aux combats de lutte. Parmi eux, le jeune Mor Mbodj qui nourrissait d’autres ambitions. Il peaufine sa stratégie pour voler une moto des amateurs venus d’autres villages. Alors que l’ambiance était à son paroxysme, le jeune apprenti lorgnait la moto garée à l’extérieur de l’arène. A un moment donné, l’instinct de Abdoulaye Faye est alerté comme par enchantement, il sort pour regarder si sa moto qu’il dit avoir confié à un nommé Fallou Faye était toujours là. Dans la pénombre, il aperçoit une silhouette qui se dirige vers les champs en poussant sa moto. D’un pas alerte, il se dirige vers l’individu et l’interpelle. Pris la main dans le sac, le jeune Mor Mbodj tente de mener le propriétaire en bateau en lui indiquant que c’est un certain Djiby Guèye qui lui a demandé de ramener la moto. Alors Abdoulaye Faye alerte les gendarmes chargés de la sécurité de l’arène qui ont procédé à l’arrestation des deux présumés voleurs. Devant la barre du Tribunal de Mbacké, le sieur Mbodj a reconnu les faits. Le Tribunal l’a condamné à 3 mois dont 1 ferme.

Mamadou Diop Decroix

A l’instar des députés de l’opposition, Mamadou Diop Decroix était au Palais de justice pour soutenir son collègue Khalifa Sall dont le procès est ouvert hier. Seulement, le leader d’Aj/Pads pense que les décisions viendront de la présidence de la République. «Il ne faut rien attendre de ce procès. C’est la mascarade qui se poursuit. On instrumentalise la Justice pour régler des comptes politiques comme exactement avec Karim Wade en son temps et avec peut être quelqu’un d’autre la prochaine fois si le rapport de force n’est pas inversé», a confié Decroix après le renvoi du procès. Pour lui, ce n’est plus le pouvoir qui est interpellé, mais plutôt l’opposition et les citoyens Sénégalais. «Est-ce qu’ils vont laisser ce pays être gouverné par une autocratie ou bien est-ce qu’ils vont se dresser pour mettre à bas l’autocratie ? Nous sommes venus soutenir Khalifa Sall, mais nous n’attendons rien de la Justice. Les décisions viendront de la Présidence de la République», crache-t-il.

Bamba Fall

Le maire de la Médina Bamba Fall n’ont plus ne croit pas à la Justice. Pour ce pro-Khalifa Sall, le palais de justice n’est qu’un abattoir d’adversaires politique de Macky Sall. «Nous n’étions pas au tribunal, mais plutôt à l’abattoir général parce qu’un potentiel candidat à la prochaine présidentielle devait être éliminé. C’est un long processus de violation des droits de Khalifa Sall et aussi le fruit d’un complot politique visant à éliminer un potentiel candidat à la prochaine présidentielle. Mais, nous sommes là et veillons au grain», se désole M. Fall. Il prévient, toutefois, que Khalifa Sall ne sera jamais sacrifié. «Nous allons nous organiser pour dire non. C’est un complot politique soutenu par la direction du Parti socialiste. Rien n’est respecté dans cette affaire. Que ce soit au niveau du tribunal et à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, ils ont même tenté de refuser la constitution de Me El Hadji Diouf. Ce qui est irrégulier», peste Bamba Fall.

Sonacos Lyndiane

Le Directeur général de la Sonacos, Pape Dieng indique qu’entre le 08 et le 12 décembre, l’usine de Lyndiane a réceptionné 1 610 tonnes d’arachides dont 440 tonnes rien que pour la journée du 12 décembre. Il a informé sur les ondes de la Rfm qu’entre le 1er le 7 décembre les opérateurs privés stockeurs avaient refuser de décharger les camions stationnés à l’usine de Kaolack parce qu’ils n’étaient pas en phase avec la Direction de la Sonacos sur le taux d’abattement des impuretés et corps étrangers dans les graines. Finalement tout est rentré à l’ordre selon Pape Dieng à la suite d’échanges fructueux. Depuis lors, l’usine de Kaolack continue de réceptionner les camions. L’objectif fixé cette année à la Sonacos est de collecter 250 000 tonnes dans les usines de Kaolack, Diourbel, Ziguinchor et Louga. Le Directeur général de la Sonacos rassure également sur le bon état du matériel de l’usine de Ziguinchor contrairement à ce qu’on laisse entendre.

T W /

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.