Moustapha Kassé « nos pouvoirs publics sont totalement incapables d’autocritique pour tirer les leçons des échecs antérieurs »

SOCIÉTÉ : Moustapha Kassé revient sur les challenges auxquels le pays fait face ‘’la fameuse opération maitrisards-chômeurs’’ des années 1980, les failles du système éducatif, le lien entre le modèle économique et la croissance de l’emploi…

Au Sénégal, les différents gouvernements n’ont toujours pas trouvé la formule magique pour résoudre la fastidieuse question de l’emploi des jeunes. Ceci, après 61 années d’indépendance. Interpellé sur les échecs perpétuels en dépit des différentes initiatives des pouvoirs publics, l’économiste Moustapha Kassé revient, dans cette interview avec ‘’EnQuête’’, sur les challenges auxquels le pays fait face depuis le retrait du colon, ‘’la fameuse opération maitrisards-chômeurs’’ des années 1980, les failles du système éducatif, le lien entre le modèle économique et la croissance de l’emploi, etc.

La dernière sortie du chef de l’Etat, lors de son adresse à la Nation, la veille du 4 Avril, remet sur la table la lancinante question de l’emploi des jeunes au Sénégal. Quelle lecture faites-vous des annonces qu’il a faites ? 

Depuis le début des années 1970, après les indépendances africaines, j’analyse, comme universitaire (recruté par le Doyen Abdoulaye Wade à la faculté des Sciences juridiques et économiques) le fossé grandissant qui sépare les discours grandiloquents et vaniteux des décideurs politiques et des élites (experts) qui gravitent autour d’eux, de la réalité des conditions sociales désastreuses que vivent les populations africaines et leur jeunesse. 

Ces acteurs politiques sont frappés par un autisme et un aveuglement totalement absurde qui favorisent les praxis de la non-décision. Accablée par beaucoup d’épreuves, la jeunesse rame pour entrer dans la vie active, et si elle n’est pas une génération sacrifiée, elle est bel et bien une génération galère dont le problème le plus lancinant est le chômage. Beaucoup de jeunes vivent, au quotidien, la galère du chômage et de la précarité. Certains d’entre eux ont entrepris et réussi des études dures dans les universités les plus huppées, mais risquent de se retrouver, au seuil de l’âge de la retraite, sans jamais travailler. Pour eux, tout se passe comme s’ils sont condamnés à ne jamais ‘’gagner leur vie à la sueur de leur front’’.

La réflexion sur ces problèmes est rendue difficile par les insuffisances et imperfections des statistiques et l’absence de politiques publiques efficientes. C’est-à-dire l’élaboration d’une politique efficiente d’emploi avec une claire définition des finalités des champs d’intervention, une quantification des objectifs et la désignation des instruments et modalités de cette politique. Or, il est extrêmement important de prendre les bonnes décisions politiques. Toutes les réussites étonnantes de ces dernières décennies sont le fait de pays qui ont pris des décisions politiques appropriées. En exemple, Deng Xiaoping, qui a fait évoluer la République populaire de Chine dans une direction qui, en définitive, a permis à 600 millions de personnes de sortir de la pauvreté. La Corée du Sud, qui avait, dans les années 1960, le même niveau de revenu per capita que le Sénégal, a fait des choix judicieux grâce auxquels elle est devenue aujourd’hui l’un des pays les plus riches au monde. Alors que ses homologues africains (Côte d’Ivoire, Sénégal et autres) stagnent dans la pauvreté.

Rions dramatiquement : aujourd’hui, le revenu per capita du Sénégal est d’environ 40 000 dollars et d’environ 1 000 dollars en Côte d’Ivoire.

Vous avez écrit sur cette question dans certains de vos ouvrages…

Cette question est traitée dans mes trois ouvrages sur l’industrialisation, les cinq défis d’une croissance atone sur un demi-siècle et celui sur le secteur privé, jambe faible de l’émergence. Nos pouvoirs publics sont totalement incapables d’autocritique pour tirer les leçons des échecs antérieurs. Dans le cas d’espèce, ‘’la fameuse opération maitrisards-chômeurs’’ des années 80, dont l’étude a été réalisée par Magip Ndao, venant frais émoulu d’Union soviétique après de rigoureuses études. J’avais écrit un article véhément pour fustiger cette initiative qui, n’étant pas un investissement productif, ne pouvait se terminer que par un gâchis des ressources financières publiques. Il m’avait semblé que l’Etat, ayant perdu pour l’essentiel son rôle d’employeur de la dernière chance, du fait des programmes d’ajustement structurel, il lui restait d’intervenir par des incitations. Et de donner au secteur privé et aux terroirs de véritables potentialités de développement à partir de réseaux denses de petites et moyennes entreprises (PME) ou de clusters qui sont de bonnes institutions de formalisation de l’informel.   

Avant de faire de nouvelles annonces, est-ce que l’Etat ne devait pas, d’abord, faire l’inventaire de l’existant, avec toutes les structures qui ont été mises en place pour la promotion et le financement de l’emploi des jeunes ?

Aujourd’hui, tout le monde sait ou commence à savoir, comme l’observe Li Yong, Directeur général de l’Onudi (l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel) que ‘’les emplois ne tombent pas du ciel comme une manne, aussi ardemment qu’on puisse le souhaiter. Ils naissent du processus du développement économique, de la création de nouvelles entreprises et de nouvelles activités par les entreprises privées et publiques’’. 

Nos décideurs nous ont habitués, sur ces questions vitales de l’emploi, à exprimer des intuitions sous forme d’effets d’annonce tonitruants : 100 000, 200 000, voire 500 000 emplois, sans préciser leur nature et surtout les éléments techniques qui permettent de telles affirmations dans un environnement macroéconomique et macro-financier incertain. Comment les quantifier pour permettre une prévisibilité des effectifs en jeu et, par conséquent, des situations auxquelles le corps social est en attente ? L’universalité du malaise de la jeunesse, cette moitié du monde, nous interdit des réponses partielles que nous suggèrent nos préférences politiques : c’est une révolte sociale et il importe de clairement déchiffrer ses angoisses, en somme ce qu’elle dénonce et ce qu’elle annonce.  

Vous prenez un pays aussi libéral que les Etats-Unis ; ils ont créé, pour défendre l’emploi face à la montée du chômage, l’organisation ‘’Hire American Citizens’’ (Embauchez les citoyens américains). Une création soutenue d’emplois exige une économie capable de créer en permanence de nouvelles activités à croissance rapide qui se caractérisent par une productivité plus élevée et une plus forte valeur ajoutée, ainsi que par un accroissement des rendements d’échelle. Peut-on combiner favorablement ces éléments pour un développement durable de l’emploi ? La réponse est positive, mais moyennant trois conditions majeures. Premièrement, un Etat souverain doté d’une vision stratégique planifiée de long terme, qui prend appui sur des politiques sectorielles pertinentes élaborées en binôme avec un secteur privé national et des institutions fortes en vue d’une croissance économique auto-entretenue aux taux les plus élevés, compte tenu des ressources disponibles.

Deuxièmement, des transformations structurelles de la production, du système d’éducation et de formation, et du logiciel mental. Et, troisièmement, la promotion du progrès scientifique, technique et des innovations.

Quel est le lien entre l’emploi et la formation ?

En prenant le second déterminant, on peut observer que les caractéristiques de nos universités africaines apparaissent d’abord dans la distribution des diplômés : 3 % dans l’agriculture, 7 % dans la santé, 9 % dans les sciences de l’ingénieur, 20 % dans l’éducation, 47 % dans les sciences sociales, etc. Les inscriptions des étudiants en sciences et technologies en agronomie, médecine, sciences de l’ingénieur sont de 32 % au Sénégal, 39 % au Ghana, 61 % au Mozambique, 41 % au Kenya, etc. L’accès à l’enseignement supérieur est l’un des plus faibles du monde.  Sommairement, nos systèmes éducatifs subissent des reproches faits par les employeurs aux diplômés de l’enseignement supérieur : faible capacité de résolution des problèmes, compréhension insuffisante du milieu des affaires, maîtrise insuffisante de l’outil informatique, insuffisance de la capacité à travailler en équipe, insuffisance de la formation pratique et formation insuffisante en communication.

J’ai, dans mon nouvel ouvrage (‘’Mondialisation, croissance, développement et émergence’’) opéré une comparaison avec la Corée du Sud. C’est à vous rendre rageur.

En effet, le paradoxe de notre système éducatif est que l’enseignement technique, qui devrait normalement former plus de la moitié des hommes actifs, compte dix fois moins que l’enseignement général, qui prépare dix fois moins d’emplois. Ce qui fait la problématique de l’emploi surtout des jeunes dans une économie tendanciellement récessive. Là, notre étude soulève trois éléments déterminants qu’il faut sérieusement analyser avec rigueur, à la lumière de la théorie économique des instruments statistiques et des modèles robustes comme le modèle d’équilibre général calculable introduit au Sénégal par le Pr. B. Decaluwe.  Evidemment, il faut souligner les limites des indicateurs des Institutions de Bretton Woods (IBW), ainsi que le produit intérieur brut (PIB) qui sont des foires à problèmes. Ces éléments, je les développe dans toutes mes réflexions.

‘’La croissance, souvent mal évaluée, n’a réglé ni un recul significatif de la pauvreté ni un accroissement substantiel de l’emploi productif’’

Pouvez-vous nous en dire un peu ?

En premier lieu, paradoxalement, le type de croissance économique, quel que soit son niveau, crée très peu d’emplois productifs et ne contribue que faiblement à la réduction de la pauvreté et des inégalités qui restent fortement persistantes. Incontestablement, au-delà des discours vaniteux des décideurs et des élites qui gravitent autour d’eux, la croissance, souvent mal évaluée, n’a réglé ni un recul significatif de la pauvreté, ni un accroissement substantiel de l’emploi productif, ni la moindre réduction des inégalités. Beaucoup d’auteurs (Makhtar Diouf, Ben Hammouda,

Samir Amin et également des institutions comme le Programme des Nations Unies pour le développement [Pnud] et maintenant la Banque mondiale) développent le paradigme d’une croissance appauvrissante ou encore le fétichisme du taux de croissance. Si on évalue cette croissance à moyen et long terme, le paradoxe est largement vérifié. Les IBW ont, à partir du modèle de Watson, avec un taux de croissance cumulé de 7 % par an durant une certaine période, un pays sort de la pauvreté. Makhtar Diouf a parfaitement souligné que les IBW ‘’vont même jusqu’à se donner une coloration ‘’scientifique’’ avec des précisions : ‘’1 % de croissance génère 0.15 à 0.25 % de réduction du taux de pauvreté.’’ La Banque mondiale a ajouté une refonte du calcul du PIB en novembre 2010 à partir d’artifice de calcul aux relents purement idéologiques, ce qui a projeté le Nigeria comme première puissance économique africaine et a reclassé le Ghana en 3e position. L’amusant, selon Makhtar Diouf, est que ‘’le goorgorlou ghanéen, qui s’est couché la veille le ventre vide, se lève le matin n’ayant encore rien à se mettre sous la dent, est informé qu’il s’est enrichi de 60 % pendant qu’il dormait.’’  Ce serait trop long de rappeler que le président Sarkozy avait chargé une commission comprenant J. Stiglitz, A. Sen et Fitoussi de revoir tout le calcul du PIB.

En bref, je me suis alors tourné vers la contribution des différentes composantes de l’investissement pour isoler les déterminants les plus robustes de la croissance, en exploitant les modèles de la croissance endogène pour mieux appréhender les indispensables transformations structurelles : Robert Lucas, Paul Romer, Robert Barro et Sala-I-Martine.

Dans ce sens, que pouvez-vous dire sur les politiques sectorielles qui procèdent des transformations structurelles de l’économie ?

Sur cette question, je vous renvoie à mon ouvrage ‘’Économie sénégalaise : les 5 défis d’une croissance atone sur un demi-siècle’’ – L’Harmattan, 2015 – 271 pages. J’ai consulté les auteurs qui ont travaillé sur cette question en référence aux économies émergentes en Asie : Robinson, Chen, Jefferson et Zhang ainsi que l’excellent article de L. Jacques Esso et Nahoua Yeo du Centre ivoirien de recherches économiques et sociales (Cires). Les transformations structurelles reflètent un processus planifié à travers lequel l’importance relative des différents secteurs et activités d’une économie change au cours du temps. Elles sont conduites par un État fort, un leadership transformationnel avec une gouvernance politique et macroéconomique inclusive nationale et populaire. Ce qui appelle des systèmes budgétaires solides, des taux de change tournés vers la compétitivité (politique monétaire), des taux d’intérêt modérés (en accord avec la Banque centrale) et un appui subséquent au secteur privé national, etc.

 Dans ce cadre, j’ai évalué sans complaisance toutes les politiques sectorielles, en utilisant les statistiques officielles et d’autres informations, les diverses transverses (les infrastructures et leurs effets de liaison), la systèmie bancaire, le volume et les conditions d’octroi des crédits, le système éducatif, de formation et les allocations budgétaires. J’ai apprécié certaines variables non-économiques à la lumière des analyses qui les portent et qui relèvent de la théorie néolibérale standard (les institutions et leurs coûts de fonctionnement, les modes de gouvernance et certaines formes de régulation de l’État.

La conclusion coule de source : la religion du taux de croissance ne suffit pas, même s’il est certain que mieux vaut un gouvernement qui fait les bons choix de politique économique pour soutenir le plus possible la croissance et l’emploi. Toutefois, cela reste largement insuffisant pour garantir la bonne santé économique et sociale d’une société et la vigueur de sa démocratie. Les politiques économiques et financières doivent tenir compte des indispensables des transformations structurelles dont parlent presque toutes les institutions, particulièrement les IBW, sans la moindre analyse factuelle sérieuse. J’ai entrepris, d’abord, une recherche de théorie économique pour voir ce qu’en disent les principaux auteurs, ensuite une analyse de la configuration entrepreneuriale hétérogène du secteur privé de sa capacité à créer des ressources et de l’emploi (en termes d’élasticité) et de réaffectation (ré-allocation) des ressources.

Comment l’État peut-il arriver à accroître la croissance économique tout en réduisant la pauvreté et régler l’équation du chômage ?

En relation avec cette problématique lancinante, quelle transformation structurelle du système productif ? Il s’agit de savoir quelle ré-allocation corrélative des ressources pour répondre aux objectifs d’accroissement de la richesse, de réduction de la pauvreté et du chômage. Cette interrogation ouvre la voie aux politiques publiques : alors où se situent les secteurs à forte valeur ajoutée ? Quels sont les acteurs de leur mise en œuvre ? Quelle modalité de financement ? Rappelons que notre pays a mis des décennies pour réaliser un recensement des entreprises privées, alors qu’en 1969, dans le cadre de notre formation doctorale, Samir Amin nous avait fait travailler sur le monde sénégalais des affaires. Dans cette ligne de recherche, j’avais publié mon premier ouvrage sur la transition, ‘’Du sous-développement au socialisme’’, où je démontrais, à partir d’un recensement des entreprises au Sénégal, pourquoi le capitalisme n’a point pris racine dans le monde rural sénégalais.

À la même période, Samir Amin éditait ses réflexions sur ‘’Le développement du capitalisme en Côte d’Ivoire’’. Nous étions tous les deux irrités par une étude scandaleuse de la Banque mondiale tendant à montrer l’incapacité des Africains à former et à diriger des entreprises privées capitalistiques. J’ai tôt bien compris l’échec des politiques d’ajustement structurel qui voulaient construire un capitalisme sans les capitalistes locaux et sans État providence. Dans l’émission la plus écoutée de notre télévision nationale (‘’Face-à-Face’’ animée par un excellent journaliste Daouda Ndiaye) j’avais démonté en mille morceaux l’illustre représentant de la Banque mondiale au Sénégal. Il avait fini par être aphone. J’ai conclu dans mon ouvrage (‘’Le secteur privé sénégalais jambe faible de l’émergence : Entre entreprenants et entrepreneurs’’ – L’Harmattan 2018, 460 pages) : ‘’en attendant la rente pétrolière (son utilisation productive débarrassée de toute forme corruptive) que l’Etat et le secteur privé doivent constituer un solide binôme pour bâtir une politique industrielle principale productrice d’emplois.’’

TW médias / JOURNAL ENQUÊTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.