Paris 2024 : les opposants aux JO peinent à se faire entendre

Le collectif n’entend pas baisser les bras malgré le statut de favori de la capitale.

Leur combat semble perdu d’avance contre la mairie de Paris et le CIO. Pourtant, les opposants à l’organisation des JO de 2024 dans la capitale, en lice avec Los Angeles, ne renoncent pas à se faire entendre malgré un climat d’indifférence.

Alors que la Mairie de Paris a sorti le grand jeu ce weekend, en organisant des manifestations ludiques et festives dans le cadre de la « Journée olympique », les voix hostiles à l’organisation des Jeux olympiques de 2024 dans la capitale tentent de se faire entendre.

Outre les quelques rares responsables politiques, comme Danielle Simonnet, conseillère de Paris et cadre de La France insoumise, ou les élus du groupe écologiste de Paris, avec à leur tête le maire du 2e arrondissement Jacques Boutault, des collectifs citoyens se battent contre un projet « ruineux ».

Parmi eux, le collectif « NON aux JO 2024 à Paris », composé d’une cinquantaine de Franciliens actifs. Ces derniers revendiquent une pétition signée par plus de 20 600 personnes réclamant l’organisation d’un referendum sur l’organisation des JO dans la capitale française, et qui dénonce un « déni de démocratie » de la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui s’est lancée dans la course sans aucune consultation.

Le collectif n’entend pas baisser les bras malgré le statut de favori de la capitale. Opposée à Los Angeles la californienne, Paris semble en effet avoir toutes les chances de l’emporter le 13 septembre, à Lima, où le Comité international olympique (CIO) prononcera son verdict.

« Nous ne pensons pas que la bataille est perdue »

« Nous ne sommes pas naïfs, nous savons qu’il y a de très grandes chances que Paris l’emporte, explique Frédéric Viale, un des responsables de ce collectif, qui a organisé des contre-manifestations ce weekend. Nous ne pensons pas que la bataille est perdue, puisqu’il nous restera sept ans pour nous battre ».

Toujours est-il que la première manche a été perdue par les opposants aux JO, puisque la candidature parisienne a été au bout du processus, contrairement à la ville de Budapest, qui s’est retirée après qu’une pétition a recueilli plus de 266 000 signatures hostiles aux Jeux.

Une source au sein de la mairie de Paris estime que l’opposition à l’organisation d’un tel évènement est « dérisoire », sur le terrain et sur les réseaux sociaux. « Il suffit de compter la poignée de manifestants mal organisés qui se rassemblent pour protester contre la candidature française », dit la source ayant requis l’anonymat, qui rapelle au passage que le projet fédère autour de lui des sportifs, des élus et la population.

LIRE LA SUITE

T W / International

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.