Plus de 50 migrants, dont des Sénégalais et des Gambiens, abandonnés dans le désert du Sahara

ces migrants, étaient au bord de trois camions pick-up et ont été abandonnés dans le désert par leurs chauffeurs.

L’émigration continue de faire des victimes dans un silence assourdissant des gouvernants du monde.

Après les eaux, c’est le désert qui est en train de multiplier le nombre des morts. Ce mardi, plus de 50 migrants sont entre la vie et la mort dans le désert du Sahara du nord du Niger, renseigne Reuters qui reprend  des travailleurs humanitaires et des responsables locaux. Selon ces derniers, ces migrants, plus de plus de 70 migrants au départ, étaient au bord de trois camions pick-up et ont été abandonnés dans le désert par leurs chauffeurs.

Vingt-trois des migrants ont survécu après avoir rejoint une ville voisine pour obtenir de l’aide, a déclaré l’Organisation internationale pour les migrations dans un communiqué de presse, repris par Reuters. Le même communiqué indique que « les survivants provenaient du Nigeria, de la Gambie, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal ».

« Les migrants ont été abandonnés à environ 50 milles de Siguidine », a déclaré à Reuters, un préfet du département de Bilma au Niger.

LIRE LA SUITE

T W / Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.