Pour faciliter le vote des électeurs le 30 juillet prochain Wattu Senegal réclame le retrait des listes « Parrainées »

La Coalition gagnante Wattu Sénégal, opte pour le retrait pur et simple des «listes parrainées»

La Coalition Gagnante Wattu Sénégal reste convaincue que la seule sortie de crise possible, pour faciliter le vote des électeurs, le jour du scrutin du 30 juillet prochain, reste le retrait des listes «parrainées par le régime» et le remboursement de leur caution. C’est la position exprimée par le porte-parole du jour de ladite coalition, en l’occurrence le député Mamadou Lamine Diallo, hier mercredi 5 juillet, au sortir de leur rencontre tenue avec l’ambassadeur de l’Union européenne au Sénégal, ainsi que certains diplomates de pays européens. Le régime du président Macky Sall a été cloué au pilori.

A la place de la proposition de la Commission électorale nationale autonome (Cena) nécessitant une modification de l’article L.78 du Code électoral à moins d’un mois des élections législatives du 30 juillet prochain, l’opposition dite «radicale» formule une autre solution de sortie de crise. Ou du moins, la Coalition gagnante Wattu Sénégal, dont la tête de liste est l’ancien chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, opte pour le retrait pur et simple des «listes parrainées» par le régime du Président Macky Sall, pour faciliter le vote des électeurs face à la pléthore des listes. En effet, au sortir de leur rencontre avec l’ambassadeur de l’Union européenne (Ue) au Sénégal, ainsi que ceux de certains pays européens, pour leur faire part des nombreuses «anomalies» notées sur le processus électoral depuis le début, le président du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo pense qu’aujourd’hui, «la solution, c’est de retirer les listes parrainées». Pour le députe de Tekki, Wattu Sénégal est prêt à «accepter qu’on rembourse la caution à ces listes parrainées».
Sur la cause de la pléthore de listes en lice pour la députation, Mamadou Lamine Diallo rappelle qu’en 2012, ceux qui forment la coalition gagnante Wattu Sénégal actuelle constituaient au total 4 listes. Donc, pour lui, du moment qu’il y a création de coalitions, dont la leur qui ne présente qu’une seule liste, «on doit avoir moins de listes qu’en 2012». Il en a conclu que, «toutes les autres listes, sont parrainées».
WATTU VILIPENDE LE REGIME DE MACKY A L’UE  
Revenant, par ailleurs, sur le tête-à-tête avec les diplomates des pays européens, le porte-parole du jour de la délégation de Wattu Sénégal, composée, entre autres, du Secrétaire nationale adjoint du Pds, Oumar Sarr, du président de Bokk Guis Guis, du Sg d’Aj, Mamadou Diop Decroix, informe que non seulement ils ont rencontré l’ambassadeur de l’Ue, mais également une douzaine d’ambassadeurs, dont ceux d’Italie, d’Espagne, des Pays Bas et des chargés d’affaire des pays de l’Europe. La rencontre tenue au sein du siège de l’Union européenne à Dakar a servi «d’attirer les anomalies que nous avons notées sur le processus électoral depuis le début», selon M. Diallo.
Tout d’abord, il renseigne qu’il a été porté à la connaissance des diplomates européens tout le flou qui entoure la distribution des cartes d’électeur biométriques. Il indique, qu’en fait, «sur à peu prés 6 millions 500 mille inscrits sur le fichier électoral, personne ne peut vous dire exactement combien de Sénégalais ont reçu leur carte d’électeur». Ce qui relève «du scandale» à moins d’un mois des élections du 30 juillet prochain, déplore-t-il. Il trouve, en fait, que c’est un «véritable parcours du combattant pour récupérer les cartes», citant ainsi en exemple son cas et celui du député Oumar Sarr. Par conséquent, estimant que la Cena a les moyens de livrer les informations qu’il faut, il en déduit qu’elle «est à genoux devant le régime». Déplorant en outre «l’inertie» des services de Doudou Ndir face aux nombreuses irrégularités notées, notamment les «fausses listes provisoires», tout comme «les faux chiffres des numéros de carte d’identité», Mamadou Lamine Diallo laisse entendre que «le Front du Non, dont nous faisons partie, réclame sa démission. On ne lui fait plus confiance» Poursuivant sa diatribe contre le régime du Président Macky Sall, Mamadou Lamine Diallo laisse entendre que l’Ue a été entretenue sur «ce complot visant à éliminer le secret du vote sous prétexte qu’il y a une majorité fabriquée avec une trentaine de listes sponsorisées par le régime», faisant ainsi allusion à la modification de l’article L.78  du Code électoral. Il soutient mordicus que «cela ne passera pas». Donc, pour lui, «notre démocratie est menacée», car c’est tout un combat qui a été mené depuis longtemps pour arriver au secret du vote en 1992. Pour ce faire, le Front du Non compte s’opposer par tous les moyens au vote du projet de loi modifiant l’article L.78 du code électoral. Il a ainsi invité le peuple à se rassembler devant l’Assemblée nationale, le jour du vote de ladite loi.
Il révèle en outre que la délégation de l’Ue a pris bonne note, et que Wattu a répondu à toutes les questions posées sur l’ensemble des anomalies. Mieux, un mémorandum comportant une quinzaine d’anomalies a été remis aux diplomates. Comme suite réservée au combat, M. Diallo renseigne que la Cedeao, tout comme l’Union africaine, seront tous saisies.
T W / Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.