Saisie de munitions au Port de Dakar : Ces éléments de l’enquête qui confortent les soupçons de la Douane

SOCIÉTÉ : En effectuant une saisie record de munitions de guerre d’une valeur d’environ 3 milliards de Fcfa sur le navire « Eolika », au Port de Dakar battant pavillon guyanais, la Douane sénégalaise a frappé au cœur d’un réseau international de trafic d’armes. Selon « Libération », les membres de l’équipage nommés Dovhuk Vitaly, Podgorodetskyi Volodymyr Theodore Rellos Trofimov Vadym, tous de nationalité ukrainienne, sont en retenue douanière.

À en croire le journal, la Douane sénégalaise a mis la main sur un vaste réseau de trafic international d’armes et de munitions. En provenance d’Espagne, après un passage en Italie, le navire Eolika est arrivé au Sénégal pour avitaillement le 19 décembre 2021 et prévoyait de reprendre la mer, en direction de la Guyane, le 28 décembre prochain. Mais finalement, il a été vite placé sous surveillance à cause du comportement suspect de son équipage.

En effet, la semaine dernière, les douaniers après plusieurs enquêtes sont passés à l’acte et sont entrés dans le navire. Interrogé par les douaniers à savoir ce que transporte le bateau, qui n’avait que trois containers malgré sa taille, le capitaine Dovhuk Vitaly a prétendu qu’il ne savait pas. Acculé, il a révélé que les containeurs contenaient du fer. Une réponse qui n’a pas convaincu les douaniers qui ont défoncé les containers. Les trois conteneurs étaient remplis de « munitions de 9 mm et de 5,56 mm », dont la valeur totale est estimée à 3 milliards de FCFA.

Une saisie qui est intervenue au moment où des informations très crédibles ont dénoncé un trafic intense d’armes et de munitions dans certaines zones de la sous-région. C’est à juste titre que ces trafiquants, cernés par la Douane sénégalaise, intéressent plusieurs services étrangers.

TW médias

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.