Sans langue de bois, Aminata Touré se prononce sur les questions brûlantes de l’actualité

POLITIQUE : L’ancien Premier ministre se prononce sur les questions brûlantes de l’actualité. Dans cet entretien accordé à «L’As», Aminata Touré est revenue sur l’engouement populaire suscité par le sacre des «Lions», en espérant que ces échanges de civilités entre le pouvoir et l’opposition soient de mise chaque fois que la Nation le recommande.

L’ancienne présidente du CESE n’a pas manqué d’évoquer la crise en Casamance, la libération de 7 militaires pris en otage ainsi que les résultats des dernières élections locales, avant d’annoncer les couleurs pour les législatives. Sur la crise scolaire devenue préoccupante, Aminata Touré salue les efforts consentis par le gouvernement et lance un vibrant appel aux enseignants pour qu’ils fassent prévaloir l’esprit de consensus, d’ouverture et de dépassement en vue d’un rapide retour dans les classes.

On vous vue en tenue de supporter aux couleurs nationales lors de l’arrivée des Lions. Que vous inspire leur sacre continental et la liesse populaire qui s’est ensuivie?

Nous avons tous vibré à l’unisson comme le seul Peuple que nous sommes. Nos victorieux Lions nous ont non seulement apporté la Coupe d’Afrique des Nations (Can)tant attendue, mais il nous onttous remis ensemble, au-delà de nos opinions et divergences du moment dans une joie partagée. Et nous avons tous constaté que nous aimons notre pays pardessus tout. J’ai salué dans le même élan le geste du Président Macky Sall qui a tenu à associer l’opposition à l’hommage rendu aux Lions et l’attitude positive des opposants qui ont répondu à son invitation. Seul Ousmane Sonko manquait à l’appel et c’est dommage, car il s’agissait du Sénégal avant et après tout.J’espère que chaque fois que la Nation sera en avant, cet échange de civilités sera de mise. Ce qui devrait nous amener tous à modérer nos propos publics les uns envers les autres, à cultiver le civisme entre acteurs publics. Ce qui n’altère en rien la détermination des uns et des autres à poursuivre leurs objectifs politiques, majorité comme opposition. J’ai aussi constaté avec bonheur la mobilisation de la jeunesse, du jamais vu de mémoire de Sénégalais! Une jeunesse si fière d’être sénégalaise, qu’il faudra soutenir davantage afin qu’elle relève les défis de l’avancement de notre pays dans tous les domaines, sportif, artistique mais aussi scientifique et économique. Les Lions ont aussi partagé avec les jeunes et les moins jeunes une expérience de vie concrète : par le travail, la détermination, la persévérance, on arrive à atteindre ses objectifs avec l’aide de Dieu, bien sûr. C’est mon vœu sincère que ce viatique inspirera les jeunes Sénégalais où qu’ils se trouvent, dans les ateliers, les écoles et universités, les entreprises, etc. C’est cette culture de la gagne que les Lions symbolisent qui doit se généraliser. L’entraineur national, Aliou Cissé, aussi nous a administré une belle leçon de vie. Il est resté concentré sur ses objectifs en dépit des commentaires pas toujours plaisants et cela a payé. Leçon pour tous: ne pas laisser les esprits chagrins vous détourner du chemin de vos objectifs. Le succès est la meilleure des réponses à leur apporter. Bravo coach! Le tout est couronné par l’inauguration prochaine du magnifique stade de Diamniadio de dernière génération, en sus de la réfection des anciens stades annoncés. C’est l’occasion de dire que l’Etat a eu le triomphe vraiment modeste. Sans les investissements conséquents qui ont été faits depuis plusieurs années, y compris les bonnes conditions dans lesquelles a été mise notre équipe nationale, le succès n’aurait pas été possible. C’est cela aussi la vérité.

Après l’euphorie de la Can, c’est maintenant le retour à la dure réalité avec les nombreuses crises auquel votre régime fait face…

Oui, mais cette joie va nous rester longtemps dans le cœur. En effet, la situation en Casamance a été une préoccupation et la libération de nos Diambars a été une excellente nouvelle. Voilà une question importante pour toute la Nation sénégalaise qui exige une unité sans faille de la classe politique. De ce point de vue, la condamnation ferme de la prise d’otages par le Mfdc est toujours attendue de la part du nouveau maire de Ziguinchor. Son silence est plus que troublant. Le Sénégal est un et indivisible et la Casamance où vivent des Sénégalais de diversités multiples est et restera une part entière et éternelle du Sénégal. Tous les leaders et responsables politiques à l’unisson doivent condamner sans ambages les actions de provocation du Mfdc et les appeler à définitivement déposer les armes. C’est l’occasion de rendre hommage à notre vaillante Armée nationale qui s’acquitte honorable de ses tâches de défense de l’intégrité de notre territoire. Son professionnalisme est loué sur tous les théâtres d’opérations militaires où elle a été présente. C’est mon souhait qu’avec les ressources additionnelles attendues du pétrole et du gaz, notre Armée nationale soit mieux équipée et qu’elle attire de nombreux jeunes qui y trouveront métiers et carrières. La sécurité, c’est le préalable à toute action de développement d’un pays. La crise scolaire est aussi préoccupante. On ne dira jamais assez combien l’éducation est importante pour l’avenir de notre pays. Le capital humain est la ressource la plus importante de tout pays. Nos enseignants sont donc de précieux acteurs pour l’éducation et la formation de ce capital humain. Ils sont les acteurs de premier plan, en réalité. C’est pourquoi, je leur lance un vibrant appel pour qu’ils fassent prévaloir l’esprit de consensus, d’ouverture et de dépassement en vue d’un rapide retour dans les classes. Il faut dire que, par rapport à leur plateforme revendicative, l’Etat a fait de grands d’efforts en cette période économique post-Covid encore difficile. Les bases doivent aussi aider leurs leaders à signer la paix des braves, car comme disait un célèbre syndicaliste : «Il faut savoir terminer une grève». Je rajouterai «surtout quand l’avenir de nos enfants est en jeu». Il y a aussi l’inflation qui, hélas, est mondiale. Plus de deux ans de Covid-19 ont entraîné un ralentissement de toutes les chaînes de production et les stocks sont en dessous de leur niveau normal et cela a entraîné une surchauffe au niveau des prix. L’Etat cherche les voies et moyens pour soutenir le panier de la ménagère, mais il faut aussi reconnaître que c’est loin d’être simple, car les causes de l’inflation sont exogènes c’est à dire que le marché international nous a imposé la hausse des prix. D’où la nécessité de consommer ce que nous produisons et de produire ce que nous consommons. Mais dans l’immédiat, l’Etat étudie un moyen de soutenir les produits de toute première nécessité.

Sur le plan politique, quelle est votre lecture des dernières élections municipales où votre coalition a perdu de nombreuses villes ?

Il faut d’abord souligner que les élections se sont bien déroulées sans contestations majeures. Encore une fois, la démocratie sénégalaise a prouvé son degré de maturité. Quant à nous de Benno Bokk Yakaar, nous avons eu quelques déceptions, c’est vrai, dont la capitale Dakar que nous aurions aimé conquérir tout comme Ziguinchor, Rufisque, Thiès. Mais si on ne fait pas de la contre-information, si on ne cherche pas à faire prendre les vessies pour des lanternes, il faut accepter la réalité telle qu’elle est. Primo: la Coalition Benno Bokk Yakaar a remporté l’écrasante majorité des communes. Secondo : nos suffrages additionnés au niveau national sont de loin supérieurs à ceux de toute l’opposition réunie. Je ne sais quelle autre preuve faudrait-il apporter de notre victoire? L’opposition le sait bien, car nous utilisons le même système arithmétique. Elle ne revendique, d’ailleurs, pas de victoire globale. Elle laisse une certaine presse partisane distiller cette impression fausse qui n’a rien à voir avec la réalité des urnes. Soulignons en passant que l’opposition ne parle plus de fichier non fiable quand elle gagne quelques villes. Pour ce qui nous concerne, nous allons tirer toutes les leçons du scrutin. Par exemple, nous avons eu de très nombreuses listes parallèles. Rufisque est le cas le plus parlant, il y a eu 5 listes parallèles! Nos suffrages additionnés nous auraient fait largement gagner la ville et le département! Notre priorité, c’est la réunification. Nous l’avons tous compris, ensemble nous gagnons largement.

Les élections législatives sont annoncées pour le 31 juillet prochain. N’allez-vous pas revivre les mêmes divisions qui favoriseront l’opposition ?

Nous allons travailler d’arrachepied à l’unification de nos forces, nous y sommes déjà d’ailleurs. Nos quelques responsables qui ont été défaits dans leur zone sont sainement animés d’un esprit de reconquête. Que la cause soit entendue par tous, une bonne fois pour toute : puisque le fichier est fiable, que personne ne pinaille à l’annonce des résultats des prochaines élections législatives que nous comptons remporter d’une victoire nette et franche.

On parle de remaniement imminent avec le retour du poste de Premier ministre. Peut-on espérer le retour de Mimi comme chef de gouvernement ? Sinon quel profil pour driver le gouvernement pendant que le Président Macky Sall gère l’Union Africaine ?

Ce sont des questions qui relèvent du domaine exclusivement réservé du chef de l’Etat de choisir la personne avec qui il souhaite avoir comme plus proche collaborateur. Seul lui peut répondre à votre question. Je n’évite pas la question, mais c’est la vérité.

Réalisée par Malick TINE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.