Sénégal: le ministre de la Santé justifie la non-fermeture des frontières en raison du coronavirus

SANTÉ – Le ministre sénégalais de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr a expliqué dimanche sur la Rfm, lors de l’émission Grand Jury, la non fermeture des frontières, en raison de la pandémie du coronavirus qui est à 22 cas confirmés, alors que le Maroc vient d’annoncer l’annulation de ses vols envers une vingtaine de pays dont le Sénégal.

« Le Sénégal est un pays qui a ses propres stratégies. Nous allons appliquer les stratégies dictées par le Comité national de gestion des épidémies et non celles du Maroc. Si nous devons appliquer la stratégie du Maroc, on aurait rapatrié nos étudiants qui sont en Chine. Et l’histoire nous a donnée raison, car si on avait rapatrié nos étudiants, ce serait une erreur », a dit le ministre de la Santé, qui s’exprimait en langue wolof sur la radio.

Diouf Sarr d’expliquer le choix du Sénégal de ne pas fermer les frontières notamment aériennes. « Il y a des pays où on note un grand foyer et ces derniers ont déclaré qu’ils sont en confinement. Donc, il n’y a pas de risques par rapport au transport, car personne ne sortira de ces pays, a expliqué le ministre qui a donné l’exemple du cas de l’Italie.

Poursuivant ses explications, le ministre de la Santé a évoqué le cas des pays qui ne sont pas en confinement. Il soutient que l’Etat prévoit toujours une possibilité de réapprovisionnent, car le pays a besoin de médicaments tous les jours pour réapprovisionner sa stratégie.

« Si nous nous levons un bon jour pour dire qu’aucun avion ne sorte et n’entre dans le pays, et que nous nous trouvons dans une situation où nous avons besoin de médicaments, comment allons-nous faire. Aucun pays en va accepter de nous fournir des médicaments dans cette situation », a justifié M. Diouf.

Il a insisté sur l’indépendance des prises de décisions du gouvernement sénégalais, sans être influencé par les autres pays.

Quels sont les symptômes du coronavirus ?
La maladie se manifeste par de la fièvre et une toux persistante. Elle est d’une forme légère mais durable, et risque en même temps de prendre une forme grave (insuffisance respiratoire, complications cardiaques) chez des personnes âgées et des patients atteints d’autres maladies. Le plus souvent cela entraîne des maladies respiratoires légères à modérées tel que le rhume avec des symptômes semblables à ceux de la grippe : maux de tête, toux, gorge irritée, fièvre. 

Comment se protéger du virus ?

Les mesures de précaution classiques sont recommandées pour éviter la contamination : se laver les mains régulièrement, utiliser des mouchoirs jetables, tousser dans son coude, éviter les personnes à risque ou encore porter un masque chirurgical. 

Actuellement, aucun traitement spécifique n’a fait ses preuves mais des recherches sont menées et des antiviraux existants pourraient être utilisés avec une nouvelle indication. Plusieurs pistes de traitements sont à l’étude selon un expert de l’Institut français de la recherche médicale (Inserm).

 
T W médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.