Tchad – Assaut sur N’Djamena: les rebelles du FACT obtiennent de nouveaux soutiens

INTERNATIONAL : Alors que Tchad est encore sous le choc de la mort de son président, Idriss Déby, les rebelles du FACT menacent de marcher sur la capitale, N’Djamena.

Ils viennent d’obtenir le soutien du Conseil de commandement militaire pour le salut de la République (CCMSR), un autre mouvement rebelle.

Le Conseil de commandement militaire pour le salut de la République (CCMSR), mouvement rebelle tchadien qui a sa base arrière dans le sud libyen, vient d’apporter son soutien aux rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (Fact). A travers un communiqué publié le 20 avril, le CCMSR apporte « pleinement sa contribution pour la libération nationale ».

« Nous tenons à exprimer notre sollicitude et solidarité à nos frères d’armes du FACT : qu’ils sachent que notre mouvement le CCMSR (le Conseil de commandement militaire pour le Salut de la République) remplira ses promesses pour le Tchad en apportant pleinement sa contribution pour la libération nationale. », a déclaré le CCMSR.

« II ne peut y avoir de succession monarchique à la tête du Tchad. La lutte de libération doit se poursuivre jusqu’à son terme, à savoir la fin de ce système dictatorial. Aujourd’hui, plus que jamais, le temps de l’unification des forces de la résistance nationale est arrivée ; ceci dans le seul but de mettre fin à ces trente (30) longues années de ce régime tyrannique, et ainsi de construire un nouveau Tchad, libre, démocratique, laïc et juste. », peut-on lire dans le communiqué signé par le président, Rachid Mahamat Tahir Saleh.

Né en 2016 d’une scission du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (Fact), le CCMSR opérait originellement dans le sud de la Libye. Mais, poursuivi par les hommes du Maréchal Haftar, il s’est déplacé au Tchad, où il continue de s’appuyer sur des alliances avec des groupes islamistes s’opposant à Haftar.

Cette rébellion constituée en grande majorité de combattants Gorane Kreda à ses débuts, aurait recruté, se serait réarmé et s’est doté récemment d’une nouvelle structure de commandement dirigée par Rashid Mahamat Tahir Saleh.

Les rebelles du FACT aux portes de N’Djamena

Le FACT avait lancé son offensive depuis sa base arrière en Libye le 11 avril, jour de l’élection présidentielle au Tchad. L’armée tchadienne a précisé avoir tué plus de 300 rebelles qui menaient une incursion depuis huit jours dans le nord du pays, fait 150 prisonniers et perdu cinq militaires dans des combats.

Même si les autorités tchadiennes affirment avoir mis en fuite une colonne de ces rebelles, le FACT, estimé à environ 1 500 hommes, dispose encore d’une forte capacité de nuisance. Selon des sources sécuritaires citées par la Deutsche Welle, ces combats ont d’ailleurs été « très durs et âpres, avec des pertes des deux côtés ». Selon ces mêmes sources, les insurgés se seraient scindés en plusieurs colonnes pour attaquer sur plusieurs fronts.

Les rebelles ont promis de marcher sur N’Djamena. « Les forces de la résistance nationale sont aux portes de N’Djamena » et « nous sommes-là pour faire sonner les cloches, non pas de la haine ni de la division, mais pour faire sonner les cloches de la paix et de la nouvelle espérance », a déclaré le FACT.

TW médias / beninwebtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.