Un lundi sous haute tension s’annonce à Ndingler: les paysans vilipendent la « mauvaise foi de Aly Ngouille Ndiaye » et lancent leur ultimatum

SOCIÉTÉ : Un lundi sous haute tension s’annonce à Ndingler où les paysans ont rejeté le « compromis » proposé par le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye hier samedi, au terme d’une visite sur les lieux.

Sur ses comptes Facebook et Twitter, le premier flic du pays a annoncé qu’une « solution provisoire » était proposée aux paysans de Ndingler en conflit avec l’homme d’affaires Babacar Ngom.
 
« Suite aux concertations, une solution provisoire  a été proposée, afin de permettre aux agriculteurs de démarrer leurs travaux champêtres, en ce début d’hivernage. M. Babacar Ngom a mis à la disposition des populations une partie des terres de son titre foncier, représentant une centaine d’hectares. Séance tenante, un géomètre a déjà débuté les délimitations nécessaires afin de permettre à une quarantaine de familles, d’exploiter chacune des terres cultivables pour cet hivernage.  Les discussions se poursuivront en vue de trouver une solution définitive », a écrit Aly Ngouille Ndiaye.
 
Face à la presse ce dimanche, les paysans de Ndingler ont formellement rejeté cette proposition. Tout ce qu’ils demandent, c’est la restitution définitive de leurs terres. Ils sont allés jusqu’à qualifier le ministre de l’Intérieur d’homme de mauvaise foi. Avant de lancer un ultimatum au patron de la Sédima et aux ministres médiateurs. « Le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye est de mauvaise foi. Sinon comment expliquer la décision unilatérale qu’il a prise en faveur de Babacar Ngom. Nous tenons à préciser que notre position n’a pas varié. Nous ne céderons pas un iota de nos terres. Nous leurs avons donné un ultimatum de 48 heures. Ce lundi, nous allons récupérer nos terres pour les cultiver. Qu’ils ameutent tous leurs nervis, leur police et leur gendarmerie« , a pesté Mamadou Dionne, qui a clôturé la conférence de presse des paysans tenue ce dimanche au village de Ndingler.

TW médias / Pressafrik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.