Une formation sur les métiers du cinéma et de l’audiovisuel lancée à Goudomp

Une formation sur les métiers du cinéma et de l’audiovisuel a été lancée mardi à la préfecture de Goudomp (Sédhiou) à l’intention d’une trentaine de de jeunes venus des différentes régions du Sénégal, a constaté l’APS.

D’une durée de 25 jours, cette formation est à l’initiative la Direction de la cinématographie et du groupe « Ibara TV »

Elle va porter sur la réflexion concernant les opportunités des métiers du cinéma et de l’audiovisuel, ont fait savoir ses initiateurs lors d’un Comité départemental de développement (CDD)

Cette 2eme phase de formation aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel est destinées aux jeunes sénégalais évoluant dans le secteur de la culture.

Cette formation vise notamment à renforcer l’équité territoriale et relancer la cinématographie et l’audiovisuel du Sénégal au plus haut niveau.

Les bénéficiaires seront outillés en termes de performance, de compétitivité et de création artistique, en vue de tendre vers l’industrialisation des métiers du cinéma et de l’audiovisuel au Sénégal.

Abdoul Aziz Cissé, cinéaste et par ailleurs secrétaire permanent du Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuelle (FOPICA) s’est félicité du travail accompli par le groupe « Ibara TV » à travers cette initiative qui, a-t-il dit, « peut créer des niches d’emplois ».

« Le secteur du cinéma et de l’audiovisuel évolue très rapidement, d’où la nécessité d’apprendre en permanence pour être en phase avec les mutations du secteur », a-t-il lancé.

L’adjoint au préfet, Baba Wilane, a de son côté exhorté les élus locaux à « s’impliquer d’avantage dans les activités culturelles et à sensibiliser sur l’importance de la formation des métiers du cinéma et de l’audiovisuel ».

Aliou Diédhiou, le directeur administratif du groupe « Ibara TV », est revenu sur leurs conditions de travail à l’occasion du lancement de cette formation à laquelle ont participé des acteurs culturels, des élus locaux et la communauté.

Ces difficultés sont liées à un problème de local, l’insuffisance de ressources financières et de matériels de fonctionnement qui freinent l’élan de contribution au développement économique et social du groupe « Ibara TV » au niveau régional, a-t-il fait savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.